Mancera

SALAIRE MINIMUM

Initiative pour hausser le salaire minimum

Miguel Ángel Mancera


Le chef du gouvernement de la Ville de Mexico, Miguel Angel Mancera, a récemment présenté une initiative visant à hausse le salaire minimum quotidien de 3,60 € (73 pesos) à 8,50 € (175 pesos) d’ici 2018, soit une augmentation de 140 %.L’objectif derrière cette mesure est de s’assurer que tous les travailleurs puissent remplir le panier de la ménagère et obtenir un meilleur pouvoir d’achat afin d’augmenter leur qualité de vie et celle de leur famille.

« Le salaire minimum doit permettre de satisfaire les besoins normauxmatériels, sociaux et culturels d’un chef de famille et ainsi permettre à tous les enfantsde recevoir une éducation de base, qui est d’ailleurs obligatoire. »

Augmenter les revenus familiaux constitue la mesure la plus efficace pour diminuer la pauvreté. En ce sens, l’augmentation du salaire minimum et l’amélioration de la productivité des foyers sont des actions fondamentales à entreprendre, selon Miguel Angel Mancera.

« La hausse du salaire minimum, en plus de constituer un acte de justice sociale élémentaire, est tout simplement une mesure pleine de bon sens »

Références

Au cours des dix dernières années, la Commission nationale des salaires maximums (Conasami) a augmenté le salaire quotidien des travailleurs d’à peine 0,12 € (2,5 pesos) en moyenne. Il y a actuellement sept millions de Mexicains quireçoiventle salaire minimum quotidien de 3,60 € (73,04 pesos).


La désindexation des salaires est une mesure qui préconise aussi la hausse du revenu des Mexicains dans la mesure où les salairesconstituentune unité de mesurepour définir divers règlements, normes et lois.

« Le salaire minimum ne doit pas servir à définir le prix des contraventions, le coût du crédit, ou encore à permettre à un parti politique de gagner des votes. Il sert à déterminer combien doit gagner une personne pour pouvoir vivrede manière décente, dans la dignité. »

Miguel Ángel Mancera Espinosa

Proposition

Selon le chef du gouvernement, Miguel Angel Mancera, la meilleure façon de désindexer les salaires consiste à adopter une loi générale de l’unité de compte de l’État mexicain, soit une législation qui établirait l’unitéet définirait dans quelles circonstances elle serait utilisée. Ce nouvel ordre juridique permettrait de définir quel serait l’ajustement au salaire minimum année après année. De cette manière, le salaire minimum cesserait de servir de point de référence pour définir les prix et les autresvariables qui ne sont pas liées au marché du travail.

Renforcer le revenu familial

La Ville de Mexico mène des actions stratégiques visant àrenforcer le revenu familial.Elle offre des programmes deformation dirigés vers les jeunes, les personnes handicapées, les femmes et les aînés. Des cours techniques leur sont offerts afin de leur permettre d’améliorer la situation économique de leur famille.

Objectif

La estrategia consiste en facilitar a los jóvenes la oportunidad de capacitarse, para que cuando busquen trabajo cuenten con preparación y habilidad para determinadas oportunidades La stratégie consiste à offrir aux jeunes l’opportunité de se former pour qu’ils puissent chercher un travail qui demande une certaine formation, des habiletés et qui soit légal. Les participants au programme reçoivent une aide économique de 195 € (4 000 pesos) durant quatre mois pour leur permettre de terminer leurs cours et ensuite obtenir un emploi formel.


Ainsi, les femmes qui sont chefs de famille reçoivent elles aussi une formationafin qu’elles puissent cesser de travail au noir pours’intégrer durablement au marché du travail.

« Nous offrons des emplois aux personnes qui vivent avec un handicap. Nous formons aussimaintenant les aînés pour qu’ils ne soient pas oubliés. Nous offrons aussi la chance aux travailleurs d’obtenir un emploi légal afin qu’il puisse un jour vivre leur retraite dans la dignité. »

Miguel Ángel Mancera Espinosa


De plus, par l’entremise du programme Zéro rejeté, la Ville de Mexico permet à des travailleurs non diplômésd’avoir accès aux études de premier cycle universitaire. Pour sa part, la deuxième étape du programme Nouvelle culture du travail de la Ville de Mexico permettra bientôt aux femmes en congé de maternitéde la ville de percevoir jusqu’à 100 % de leur salaire lors de la période d’allaitement.